A Cordoba

Publié le par Hafiz

Des odeurs de Safrans jusqu’aux voix des poètes
La beauté est ici un éloge oriental,
Est un chant à Allah, sourates du prophète,
Un pure érotisme d’un Hafiz idéal.

Sultans, Soufis, Muezzins de Damas où d’ailleurs
A l’ombre des patios jouirent de ton amour. 
Citée ocre Omeyade, d’Abdel Raman le cœur,
Aux charmes hérités de Boad Dill Al Mansur.

Louange à toi Tariq ! C’est le fruit de tes peines
Qui fit Al Andalouz mère de cet Eden.
El Djebel ton présent, jamais ne suffira.

C’est Al Ouad Al Quivir qui berce ton enfant,
Cet étrange joyau, cette offrande au Coran.
Mon cœur tu a ravi : Je t’aime Cordoba.


Publié dans La bibliothèque

Commenter cet article

Leonard Eliot 09/02/2007 10:20

de ton grand appartement, c'est ce petit coin mouluré et ensoleillé de la bibliothèque que je préfère

quisas-quisas 22/05/2006 18:53

En vous lisant, retrouver les senteurs de l'Alhambra...
Merci.