Un autre

Publié le par Hafiz

Le soleil nous écrasait, de son zénith
                                                          dans les vapeurs de Barcelone.
Les ocres des murs catalans grillaient avec lenteur
                                                                   et les odeurs d’olives s’accordaient unes à unes.
                                                                                               

   
C’est alors que deux doigts aveugles se plongèrent dans une sacoche de cuir,
                          il n’en sortirent qu’avec
                                                                                           leur pitance.



                    Le tabac était vieux, sec.
                                                           Le papier était usé, râpé.

Ainsi était-il ces derniers temps et nul lézard ne s’en trouvait dérangé.
 
C’est dans ce contexte que
                     L’enfant roi à la gueule d’ange et au cœur noir croisa la madre au corps blanc et or. Il en tomba irrémédiablement amoureux.



                    A force de contemplations il s’enracina dans les terres hispaniques et s’y trouve encore.

Publié dans La rue

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Klara 14/08/2007 17:21

Je n\\\'ai pas toujours le temps d\\\'en commenter toutes les pièces, mais je prends toujours un plaisir fou à visiter cet appartement. Ce dernier cadre me plait particulièrement.Bises Klara

eros 13/08/2007 10:12

A  l'opposé de tout ce que je pourrais envisager d'écrire, ce texte me touche au fond. Au fond d'un voyage, en soi, au fond d'un parfums ocre. joli.